KABARE KREOL #4 : René et Marco LACAILLE invitent FANTAZIO !

SAMEDI 22 AVRIL À PUYMIROL
20H30 – LE LOKAL
Kezaco et Staccato présentent KABARÉ KRÉOL #4
RENÉ et MARCO LACAILLE
INVITENT FANTAZIO
Deux associations historiques lot-et-garonnaises s'associent 
pour une soirée qui fera date.

Figure légendaire du sega moderne, grand griot du chant maloya, RENÉ LACAILLE et son accordéon est l'incarnation d'une culture musicale créole unique, celle de l'île de La Réunion qui intègre des rythmes et des instruments africains, indiens, malgaches et européens. Ancien compagnon de route de Luc Donat et Alain Peters, grand voyageur des folklores africains et méditerranéens, il chante avec ses enfants les fêtes insulaires et ravive les bals créoles.

FANTAZIO, toujours accompagné de sa contrebasse, de sa voix qu'il peut tordre et des différentes langues qu'il a fini par accumuler:l'italien, l'espagnol, le chinois, l'anglais et le français. Ses spectacles deviennent des situations où se mêlent musique, performance théâtrale et poétique, creusant chaque fois un peu plus les liens entre troubles intimes et sociaux.

Les deux musiciens se sont rencontrés pour la première fois il y a une dizaine d'années au Point Ephémère à Paris. Puis René, Marco et Oriane Lacaille ont participé à un album de Fantazio et se croisent depuis régulièrement.
Leurs mondes sont différents mais pas tant...
Fantazio et René Lacaille sont des rockeurs dans l'âme, des artistes à l'univers musical riche et inventif.
SAMEDI 22 AVRIL – LE LOKAL à PUYMIROL
Entrée générale : 8 €
Ouverture des portes à 19h30 / Assiette Rougail Saucisse à 6€ sur réservation.

Renseignements et réservations au 06 89 06 97 13

ROPOPOROSE + NARROW TERENCE au 180 le 15 avril !

SAMEDI 15 AVRIL À SAINTE BAZEILLE
20H30 – SALLE LE 180
Staccato et le 180 présentent avec le soutien de VAL DE GARONNE AGGLOMERATION
ROPOPOROSE + NARROW TERENCE en concert
2 groupes brillants qui viennent chacun présenter leur nouvel album. Encore un magnifique plateau proposé par Staccato au 180 ! 
ROPOPOROSE :
Après le succès inattendu de leur premier album, « Elephant Love » sorti sur le tard en 2015, le tout jeune duo Ropoporose avait un peu la pression. Le cap du deuxième, le disque de la maturité, tout ça. Mais Romain (batterie et tout un tas d’autres trucs) et Pauline (chant, guitares et tout un tas d’autres trucs aussi) -les deux frangin-frangine qui se planquent derrière ce nom-galipette- continuent de faire comme si le monde entier ignorait leur existence. Ce qui n’est pas tout à fait faux non plus. Mais c’est sans doute ce qui leur réussit le mieux à en croire le contenu de ce « Kernel / Foreign Moons » réalisé avec l'aide de Thomas Poli (guitariste de Dominique A et Laëtitia Sheriff entre autres).
Leur mélange jubilatoire de kraut, d’indie-pop, de noise, de math-rock, de lo-fi et de bubblegum réussit toujours la prouesse de faire siffloter des morceaux pourtant parfois alambiqués, remplis de cassures et de contrepieds, comme si c’étaient des bluettes de brit-pop. Tout paraît simple, évident, naturel. Alors que c’est souvent inventif, ambitieux, maîtrisé. Si dans un continuum espace-temps alternatif, de jeunes futurs Blonde Redhead, Stereolab, The Pixies et The Moldy Peaches avaient décidé de jammer ensemble après l’école à la fin des 80s, en ayant une vision très nette de la musique du futur grâce aux cookies magiques du chevelu du trottoir d’en face, on n’est même pas sûr que le résultat eût été aussi classieux que ce que vient de pondre le duo. On voit désormais la vie en Ropoporose.

NARROW TERENCE en seconde partie de soirée:
Les Narrow Terrence optent pour un songwriting à l'os, où chant rocailleux et abrasivité grunge côtoient la puissance et le feutre des cuivres (trombone, trompette, bugle...). En teintant leurs chansons – à la base rock bien solide – d'arrangements que n'aurait pas renié John Barry, le quartet dresse les contours d'un univers musical à la fois martial et cinématographiques.
On ressort de leur nouvel album, mixé par Phil Avril maître de la musique de films, comme d'une salle obscure, un peu ébloui, la tête remplie d'images. Car au fond, ni anges ni bad boys, c’est au jeu des masques qu’excellent les frères Puaux et leurs complices, Alexandre Viudes et Patrik Lerchmüller. Ils règnent en maîtres sur leur univers traversé de sirènes et d’assassins, de vampires et de filles perdues, d’explosions de rage et de bonaces salvatrices. Jamais tout à fait là où on les attend, ils échangent rôles et instruments, apparaissant ici, s’effaçant un peu plus loin dans une obscurité peuplée de monstres, comme des squelettes de train fantôme - et leur son est à leur image, polymorphe, colérique, grand format.

SAMEDI 15 AVRIL – Château Rouge / Le 180 à SAINTE BAZEILLE
Entrée générale : 10 €
Ouverture des portes à 19h30 / Petite restauration sur place / Concert à partir de 20h30
Renseignements et réservations au 06 28 33 54 10